par Anna Rothgängel

  

Quand l’hiver arrive, les jours raccourcissent et le peu de lumière joue alors un rôle important dans nos us et coutumes. Ainsi tout le monde connaît la fête d’Halloween. Les enfants allemands connaissent cet usage, qui vient des États-Unis, seulement depuis quelques années, mais traditionnellement ils partent le 11 novembre pour la fête de la Saint-Martin.

Le personnage  Saint-Martin
Martin de Tours est connu dans le monde entier pour avoir partagé son manteau avec un pauvre.
Dès l'âge de 15 ans, Martin était officier romain dans l’armée. Un jour d'hiver, très froid, il est tombé sur un mendiant. Sans hésiter il a partagé son manteau en deux et a donné une moitié au pauvre, pour que celui puisse se réchauffer.
La nuit suivante, lui est apparu dans un rêve, Jésus-Christ habillé avec cette moitié du manteau.
Alors le peuple de Tours voulait le consacrer évêque mais il refusa et se cacha dans une étable au milieu des oies. Mais les oies cacardaient si fort, qu'on le trouva quand même.
Son geste est le symbole universel du partage, et parce qu’il fut enterré le 11 novembre ce jour devint sa journée commémorative.

Le défilé de la Saint-Martin
Dans beaucoup de régions d’Allemagne se pratiquent des défilés au crépuscule, le jour de la fête.
Ce sont des défilés aux lampions.
Saint Martin (un homme déguisé  en soldat romain à cheval) prend la tête du défilé, suivi de nombreux enfants avec leurs lanternes, en chantant des chansons "de lampions".
Les lanternes, les enfants les ont bricolées eux-mêmes, d’ordinaire dans la semaine précédente, dans les écoles primaires, les jardins des enfants  ou à la maison. De cette façon ils élaborent des lanternes magnifiques, de toutes les couleurs et de toutes les formes.
Pour la fin du défilé il y a souvent un grand feu de la Saint-Martin, qui symbolise
  la lumière dans l’obscurité, comme l’acte de Saint Martin. Et pour les enfants il y a quelque chose de spécial :  ils obtiennent des oies (biscuits) ou des Martinsbrezeln.

L’oie de la Saint-Martin
Par ailleurs, la fête de la Saint-Martin est aussi une fête culinaire.
On mange une oie rôtie, pour deux raisons.
D’abord, le saint homme a été dénoncé par des oies, c’est pourquoi elles vont à la poêle.
Ensuite, dans l’histoire, le 11 était le premier jour du nouvel an économique pour les paysans, et parce qu'on ne pouvait pas nourrir  toute la volaille, on abattait de nombreuses oies, qui étaient grasses à point début novembre. De plus c’était la dernière grande fête avant le jeûne de l’Avent. Aujourd’hui c’est un jour ouvrable.
Mais il y a non seulement des oies rôties mais aussi des oies comme sucreries, des oies en pâte (traditionnellement du levain) qu’on peut trouver dans toutes les boulangeries ce jour-là.


L e chant de la Saint-Martin

Dans d'autres régions d’Allemagne les enfants vont de maison en maison en chantant. Ils collectent du bois pour le grand feu de la Saint-Martin et se réjouissent des sucreries qu’on leur donne.

 

Catégories [EUROPE ]
[ (7) Commenter ] | [ (0) Rétroliens ]